Arts martiaux

JUDO : la FECAJUDO dispose désormais d’un gymnase

Le bâtiment, qui permettra aux judokas camerounais de mieux se préparer pour les compétitions internationales, a été érigé avec l'appui du Japon et inauguré hier vendredi à Soa par le ministre des Sports et de l'Education Physique.

Il était temps ! Depuis hier vendredi, la Fédération Camerounaise de Judo (FECAJUDO) est – enfin – doté d’un Dojo national, un gymnase consacré aux entraînements des adeptes d’arts martiaux, ici des judokas. Construit dans la ville de Soa dans le département de la Mefou et Afamba, le bâtiment a été inauguré vendredi 9 septembre 2022 par le Ministre des Sports et de l’Education Physique, Pr Narcisse Mouelle Kombi, en présence de l’ambassadeur du Japon au Cameroun, SE Osawa Tsutomu, du président du Comité National Olympique et Sportif du Cameroun, le colonel Kalkaba Malboum et du président de la FECAJUDO, Alain Christian Kingue. Sa matérialisation aura coûté environ 250 millions de Fcfa, avec la participation du Japon.

Un bâtiment complet au service des judokas

Avec l’inauguration du Dojo national, c’est une nouvelle ère qui s’ouvre à la FECAJUDO. Les athlètes disposent désormais d’un cadre adéquat pour mieux préparer les grands rendez-vous locaux et internationaux. Le bâtiment comprend à cet effet 501 m2 de surface de compétition avec gradins, deux vestiaires hommes et femmes, une infirmerie, des bureaux administratifs, une salle de conférence, une salle d’archive et un espace restauration entre autres, avec une galerie incorporée au hall. Soit une surface globale de 750 m2.

Même si les travaux affichent un taux d’exécution de 80%, le Dojo est déjà opérationnel. Il va d’ailleurs accueillir la coupe du Cameroun qui se dispute ce samedi 10 septembre. La deuxième phase de ce projet inclut l’aménagement complet des voies d’accès et l’extension du cadre sportif.

La fin d’une bataille

Cela faisait plusieurs années que la FECAJUDO, pourtant reconnue depuis 1962, demandait un tel cadre afin de donner à ses athlètes les mêmes chances que leurs adversaires lors des tournois. Le potentiel existe et il s’exprime  d’ailleurs. Ces derniers mois, la discipline a enchaîné les succès. L’équipe senior Dames a notamment décroché une médaille d’argent aux récents Jeux Islamiques à Konya, et une médaille de bronze lors du 43e Championnat d’Afrique qui s’est tenu à Oran en Algérie en mai dernier. Cette infrastructure représente donc une reconnaissance  pour le travail abattu par la fédération et les athlètes.

Il faut dire que le Dojo de Soa n’est que le premier d’une longue série qui devrait bientôt voir le jour. Toujours en partenariat avec le Japon, la FECAJUDO ambitionne de doter chaque région d’un gymnase « haut de gamme », précise Alain Kingue, qui renseigne que les « dossiers techniques et financiers sont quasiment bouclés. » Une fois que le seul obstacle majeur, à savoir la question foncière sera levé, les judokas de l’ensemble du pays pourront s’entraîner sans sortir de leur région. Une aubaine donc, au moment où la relève se prépare avec la récente participation du Cameroun aux championnats continentaux cadets et juniors à Nairobi au Kenya.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page